Avertir le modérateur

05/09/2009

Les jeunes pop’ aiment le franc-parler de Frédéric Mitterrand

POLITIQUE – Le ministre de la culture a reçu une véritable ovation de leur part ce samedi lors de son «chat» avec eux…

P1010522.JPGDès son arrivée dans le stade de Seignosse, où se déroule le «campus des Jeunes Populaires », c’est l’émeute. Entre les caméras de télévisions et les appareils photo des militants, c’est tout juste si Frédéric Mitterrand a la place de passer. Les Jeunes Populaires sont particulièrement contents de recevoir le nouveau ministre de la Culture, emblématique de l’ouverture politique.

«L’extravagant M. Mitterrand», comme il s’appelle lui-même est tout aussi heureux d’être là. «Comment ne viendrais-je pas dans cette société d’amis, à laquelle me lie des liens d’estime?», s’interroge-t-il rhétoriquement pour justifier sa présence à Seignosse.

Un ministre qui n’hésite pas à dire qu’il ne sait pas

Il est avant tout là pour débattre avec les jeunes militants qui peuvent envoyer leurs questions par SMS. «Cela laisse une véritable liberté de ton, on peut aborder tous les sujets», explique Geoffroy Baudot, qui a contribué à organiser l’évènement. Et de fait, tous les sujets sont abordés: Orelsan, la place de la culture en province, la télé-réalité,…

En une heure, une quinzaine de questions est posée au ministre de la Culture qui n’hésite pas, parfois, à répondre: «Je ne sais pas, j’attends de voir pour me prononcer.» Exemple lorsqu’il est interrogé au sujet de la possibilité d’instaurer une TVA à 5,5% sur les produits culturels, il répond du tac au tac: «Je ne suis pas le ministre des Finances ou le ministre du Budget. Je prendrai position quand je connaîtrai l’avis de chacun sur la question.»

Hadopi, grande absente du débat

Une attitude saluée par l’ensemble des Jeunes Populaires. En sortant, Martin, 21 ans, s’exclame: «Il a été très franc, c’est important de voir que les ministres n’ont pas toujours réponse à tout et qu’ils préfèrent prendre le temps de la réflexion».

Un sujet cependant manque cruellement au débat: Hadopi. Le ministre l’évoque en introduction afin de rappeler à chacun qu’il sait maintenant ce que veut dire ce sigle. Mais dans les questions, le téléchargement légal n’intervient qu’une fois. Et le ministre rappelle qu’il a mis en place un comité qui remettra ses propositions «dans deux mois».

Pour Martin, cela se comprend. «C’est un dossier sur lequel nous nous penchons depuis pas mal de temps. Nous sommes tous d’accord avec cette loi car nous savons qu’il faut faire quelque chose.» A côté, Cécile et Jérémie ne sont pas tout à fait d’accord. «Ca me semble difficile à mettre en œuvre», estime le jeune corrézien. Sa camarade, elle, avoue à mi-mots que tous ici ne sont pas d’accord avec cette loi. «Disons que ça dépend des personnalités», conclut-elle sans préciser de quel côté de la balance elle penche.

04/09/2009

A Seignosse, les régionales ont déjà commencé

POLITIQUE – Les Jeunes Pop répètent les élections, et à table, c’est à la région qui criera le plus fort…

 

P1010494.JPGL’ambiance est à la fête ce vendredi soir à Seignosse. Les Jeunes Populaires sont tous debout sur les bancs qui entourent leurs tables. Pour le dîner, ils ont été séparés en fonction de leurs régions. Avec un but: chanter plus fort que les autres.

 

De loin, on pourrait presque croire qu’ils fêtent déjà une victoire. Les 1.800 jeunes qui ont fait le déplacement s’en donnent à cœur joie. Ils sifflent, applaudissent à tout rompre, chantent des chansons paillardes et brandissent les drapeaux de leur région.

 

A peine arrivée, une jeune bretonne fait mine de planter le drapeau de sa région tout en déclarant «je déclare ce territoire breton». Un geste qui ne passe pas inaperçu auprès des Franciliens tout proches qui se mettent à crier en cœur «Ile de France, Ile de France!». Aussitôt, de l’autre côté de la salle, le Sud-Ouest entonne «mais ils sont où, mais ils sont où les Parisiens?».

 

Les politiques ne sont pas en reste. Chaque arrivée d’élus donne lieu à un tonnerre d’applaudissements. Mention spéciale à Laurent Wauquiez, le secrétaire d’Etat chargé de l’Emploi, et Xavier Bertrand, le secrétaire général de l’UMP. Ce dernier se lance dans une file indienne improvisée, éclipsant presque David Douillet qui fait son arrivée dans la grande tente installée pour l’occasion.P1010504.JPG

 

Avec toute cette agitation, c’est à peine si les élus ont le temps de manger. Assis côte à côte, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand avalent à toute vitesse les plats qui leur sont devant eux tandis que Luc Chatel, resté très calme pendant tout le dîner, déguste tranquillement en observant ses camarades avec un sourire aux lèvres.

23:17 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ambiance

21/08/2009

De l’Orange dans le Vert?

POLITIQUE - L'alliance avec le MoDem ne quitte pas la bouche des militants depuis que Daniel Cohn-Bendit l'a évoquée. Et parmi la foule, il y a même un partisan de François Bayrou...

Malgré la chaleur les 2.000 militants écolo sont là, motivés par les débats, prêts à échanger autour d'un verre dès les forums terminés. Ce qui fait réagir ce vendredi? Notamment les propos de Daniel Cohn-Bendit, parlant de l'ouverture aux autres partis, et, pourquoi pas, jusqu'au MoDem.

>> Suivez les journées d'été des Verts avec notre envoyée spéciale, sur 20minutes.fr et le blog des universités d'été.

«Moi je suis pour», explique Jean, écologiste depuis René Dumont, et responsable associatif. «Quand on voit les dangers réels auxquels on va être exposés, et surtout la nécessité d'une action globale urgente, je me dis qu'on aura besoin de tout le monde. Les gens doivent se mobiliser».

«S'opposer à la vacuité sarkozienne»


militants.jpgReste qu'il faudra créer un programme commun: «nous devons être avoir un programme crédible pour s'opposer à la vacuité sarkozienne», explique Jean, qui s'implique sur les énergies renouvelables dans la Loire. Le côté auberge espagnole du rassemblement ne l'inquiète pas: «du chaos jaillissent des étincelles!».

Dans l'ensemble, les militants sont tous pour l'ouverture. Europe écologie a même été déterminant pour cet adjoint au maire de l'Essonne. «Je ne m'investissais pas du tout chez les Verts, les querelles de personnes ne m'intéressaient pas. L'été dernier, je suis allé aux Journées d'été sans y croire. Je ne pensais pas qu'on y arriverait.» Emballé par le résultat, il s'implique désormais beaucoup plus dans son parti.

«Le pari de Daniel Cohn-Bendit est fantastique, et il l'a gagné». Alors le MoDem, pourquoi pas. «Ca ne me gêne pas, si les gens du MoDem accepte l'idée de revenu maximum avec nous. Parce qu'il y a un moment que ça ne va pas.»  

Un Orange parmi les Verts


Ce documentaliste rejoint même le MoDem sur certains points. «Sur la dette publique, le MoDem est crédible, et là, j'aimerais que les Verts reprennent son projet.» Une idée qui ne déplairait pas à Joël, 32 ans, éco-entrepreneur et surtout seul présent aux journées d'été avec un tee-shirt... orange MoDem. Militant, il l'affiche haut et fort «je suis là à titre privé, mais je le montre, pour pas qu'on me taxe d'espionnage.»

Pourquoi venir alors? «Je n'ai pas l'intention de changer de camp», s'amuse-t-il, «mais je suis très engagé pour l'environnement, et je trouvais intéressant de venir. Dans le concret, on a beaucoup de points d'accord. En plus, le débat s'ouvre facilement ici.» La proposition de Daniel Cohn-Bendit ne lui déplait pas, même s'il regrette qu'Europe écologie reste focalisé sur le clivage droite/gauche.

Joël pense qu'une alliance au second tour des élections régionales serait «une chance pour les deux partis. On pourrait faire bouger les clivages!». D'ici là, il arbore son tee-shirt orange, qui ne manque pas d'interpeller les Verts.

Oriane Raffin

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu